mercredi 6 décembre 2017

Esther et Mandragore, Une sorcière et son chat, de Sophie Dieuaide et Marie-Pierre Oddoux


Attirée par la bouille facétieuse de la petite sorcière au Salon du livre de Fougères, par le nom exotique du chat et convaincue par la présentation que m'en a faite Elise Courtois, j'ai sauté sur le premier tome d'Esther, dont la couverture orange flashy est à l'image du dynamisme d'Esther. 

Mais de quoi parle donc ce petit roman de la collection Zazou, pour les 8-12 ans ?

A l'école des sorcières, Esther reçoit le Premier Prix de Curiosité qui lui offre la possibilité d'aller, pour la première fois de sa vie dans l'Autre monde, celui des humains.

C'est ainsi que la sorcière novice part vivre chez la sorcière Agatha. Alors qu'elle part découvrir ce nouveau monde, elle aperçoit une petite fille qui cherche désespérément son chat. Elle décide donc de lui venir en aide, avec tous les moyens dont elle dispose, humains comme sorciers...



Qu'en ai-je pensé ?

J'ai passé un excellent moment de lecture. La narration est alerte, les chapitres sont courts et ponctués d'illustrations qui nous plongent dans le monde découvert par Esther.

Esther, qui raconte l'histoire, est une petite fille attachante. On vit avec elle ses appréhensions, au moment de la remise des diplômes, mais aussi ses découvertes et son étonnement devant les bizarreries de notre monde : ses magasins en tous genres, sa nourriture, la présence des hommes... Comme notre monde devient étonnamment bizarre, à travers les yeux de cette petite sorcière ! 😲
Par ailleurs, elle est volontaire, ouverte à la nouveauté et cherche à bien faire.

Son familier, le gros chat râleur Mandragore, apporte un peu d'humour, car il grommelle toujours et n'est pas sans apprécier un certain confort, quitte à être un peu égoïste.

Si j'ai ressenti une petite pointe de déception quand je me suis aperçue qu'Esther quittait le monde exotique des sorcières dès le chapitre 1, j'ai aimé que cette dernière apporte un peu de magie dans notre monde, bien que cela soit interdit ! 😉 Et en latin, s'il-vous-plaît !

J'ai aussi apprécié les interrogations ponctuelles sur les rapports entre les hommes et les femmes. D'ailleurs, j'aimerais bien savoir ce qui est arrivé aux hommes dans le monde des sorcières... 


Je recommande donc ce petit volume, magique, dynamique et qui pose les jalons d'une réflexion sur notre monde, aux petits curieux qui désirent voir les choses autrement.




Aucun commentaire: