mercredi 3 février 2016

Louca, Tome 1



Louca est au programme des lectures des élèves qui vont participer au Festival du Livre de Cherbourg. Voilà donc l’occasion, pour moi, de découvrir cette bande dessinée qui m’attirait sans trop m’attirer ! Un dessin plein de charme et d’une gentille dynamique mais ciel ! du foot ?!!
Je m’y colle donc : c’est pour la bonne cause.
On suit les tribulations d’un adolescent, très maladroit et pas d’un courage extraordinaire : accomplir un exploit, oui ! mais sans trop en faire, quand même ! Ainsi, la mauvaise note qu’il a eue, s’il pouvait la faire disparaître avec un paquet de copies… Mais voilà qu’il tombe, sur un fantôme ! Watchaaaaaa ! La narration est si vivante que je le vois encore courir à travers le bahut !
Grâce à l’apparition providentielle de ce fantôme, Nathan, ancien joueur émérite de l’équipe de foot, Louca pourrait peut-être tirer son épingle du jeu… Ou pas.

J’ai aimé l’humour tendre de Bruno Dequier pour son personnage. Bien que ce dernier soit un looser fini, il prend la pose pour conserver l’admiration sans faille de son petit frère : c’est d’un touchant ! Je me suis aussi amusée à le voir dresser des plans sur la comète (petites figures grossières sur fond blanc) et à trouver par la suite, une réalité beaucoup plus aléatoire… La narration est très efficace sur ce point : elle alterne sans cesse les vignettes subjectives et objectives, créant ainsi des contrastes saisissants. Par ailleurs, le lecteur tombe inévitablement dans le piège des gags visuels : chutes, coups…
J’ajouterais qu’outre la petite touche fantastique qui me plaît bien, le duo des deux personnages principaux marche bien : le pas-doué-pas-courageux-maladroit-paresseux et le sportif-beau-et-un-brin-pervers.
Par ailleurs, l’initiation de Louca au football est assez cocasse puisque le défi est de taille : il va falloir tout apprendre, à ce freluquet pas sportif et pas réaliste pour un sou (Tout de même, il s’entraîne aux jeux vidéos pour apprendre le foot et au passage, se fait dégommer par son petit frère ?!) mais à l’enthousiasme candide et qui présente, par détours, quelques rares qualités footballistiques.
Enfin, plusieurs fils sont tirés qui poussent assez volontiers à la lecture du tome 2 : une intrigue amoureuse, qui s’appuie sur un malentendu réciproque (Et ça, personnellement, c’est ma came !), le secret qui entoure la mort de Nathan, le gentil fantôme (Mais non ! pas Casper !!!) et puis, évidemment : Louca va-t-il concrétiser son rêve ?

Aucun commentaire: