dimanche 13 décembre 2015

Spirou et Fantasio, ou l'homme qui ne voulait pas mourir


     J'adooooooore la saga Spirou et Fantasio ! Comme j'apprécie nombre de séries lancées par le magazine Spirou. Mon enfance a été bercée par Lucky Luke, les Schtroumphs, Les Petits Hommes ou Billy the cat. Il faut dire qu'elles formaient le gros du rayon des bandes dessinées à la médiathèque de ma ville. Cependant, tout comme je peux dire que certains dessins animés ont fait mon catéchisme  moral (Je n'ai jamais été baptisée.), ces bandes dessinées ont servi de base à mon imaginaire, ma créativité, ma culture et à mon ouverture d'esprit.

     C'est le Méga Spirou n°2 et le tome Panique en Atlantique de Lewis Trondheim qui m'a fait rechuter. 

QuoaaaaaAAAAA ?!!!! 
Vous ne CONNAISSEZ pas THE Méga Spirou ??!!!!
Halte-là ! 
     Je ne PEUX pas vous laisser dans cet état d'ignorance inssssupportable ! 


Ma petite collection de Méga Spirou et Agnès, de Moi, Moche et Méchant
     Cette revue est super, bien qu'elle ne soit que trimestriel (mouis)  ! Au prix de 4 euros 90 seulement (Non, je n'ai pas d'actions aux éditions Dupuis...), cette revue permet d'avoir 2 bandes dessinées, oui ! Je dis bien 2 bandes dessinées complètes ! Oui ! Mesdames et Messieurs : COMPLETES ! Souvent 1 aventure de Spirou et Fantasio et 1 autre bande dessinée classique, telles que Les Tuniques bleues ou le Marsupilami. S'ajoutent des planches d'autres séries phares, plus anciennes, comme Le Petit Spirou, ou actuelles, comme Dad, par exemple.

     Lewis Trondheim, quant à lui, mérite aussi d'être connu. Il n'a certes fait qu'un Spirou et Fantasio mais il est l'auteur des Aventures de Lapinot. D'ailleurs, la légende raconte qu'il a prétendu pouvoir apprendre à dessiner tout en faisant une première bande dessinées complète. Et l'extraordinaire, dans tout ça, c'est qu'il y est parvenu ! Les Aventures de Lapinot regroupent plusieurs tomes assez divers, montrant ainsi l'éclectisme de son auteur : soit recueil de gags à la page, soit parodie d'un genre connu, tel que le western ou la comédie sentimentale (?). Il y a même une véritable parodie des aventures de "Spirou et Fantasio" : L'accélérateur atomique. Son style est par ailleurs très reconnaissable. Bien que je ne sache pas bien décrire les styles graphiques, je dirais qu'il dessine à plat : les personnages et lieux n'ont pas de profondeur. C'est ce qui donne, sans doute, l'impression d'avoir à faire à un cartoon. Peu de traits, un maximum d'effets, si je peux dire.

       Bref, comme dirait Achille. Revenons à nos moutons.
     Ce que j'aime, dans les aventures de Spirou et Fantasio, c'est qu'elles associent aventures et inventions rocambolesques. J'ai ainsi l'impression de renouer avec mon imaginaire enfantin ! 

Le tome emprunté à la médiathèque devant ma petite collection perso.
     Ce tome-ci, L'homme qui ne voulait pas mourir, est marqué par une succession haletantes de mouvements et d'actions ! Dès la première page, il y a des skreeeeetsh! et des gnap! (des onomatopées, quoa) et une multitude de traits blancs et de courbes pour marquer la vitesse et le mouvement. On remarque ensuite que pas une planche n'est découpée de la même façon, ce qui donne beaucoup d'efficacité à la narration. 
Zantafio
     L'humour y est un peu lourd (C'est peut-être une exigence de la marque (?) et pas tellement le fort de Morvan et Munuera ?) mais les thèmes, divers et variés, m'ont bien plu, à savoir le mythe du zombie, l'aspiration à la vie éternelle, la cité cachée (On ne peut que penser à l'Atlantide), une civilisation exotique et une intrigue amoureuse. J'ai aussi apprécié de rencontrer la Ffffarffffelue fffffamille de Ffffantasio : l'oncle ressuscité ou le cousin maléfique de Fantasio, le sans scrupule Zantafio !

     Rafraîchissant et divertissant !


Et vous, qu'en pensez-vous ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez ici vos commentaires :